Accès Direct  Accès Direct  


Le consommateur ne se trompe pas. Depuis son lancement il y a deux ans, la baguette des « Belles Terres » est devenue le must de la boulangerie Lesage. La farine provient des champs de blé marcquois de Philippe et Aymeric Goethals. Mathieu Lesage l’utilise chaque jour pour produire dans son atelier de l’avenue Foch, le « pain des Belles Terres ». Les meilleurs restaurants de la métropole lilloise lui en réservent aussi quelques fournées.

Dans le secteur du Grand Boulevard, se niche une industrie familiale traditionnelle et innovante « La filature Toulemonde » créée en 1903. Bruno Toulemonde qui respecte la tradition de son aïeul, et Emile Barrois, ont su braver la crise du textile. Cette entreprise marcquoise multiplie des certificats d’excellence : « Entreprise du Patrimoine Vivant », « France Terre Textile », « Master of Linen », qui font l’objet d’audits réguliers et stricts. Ces labels confirment l’image d’excellence de la société.

Espérance FENZY, ingénieur HEI a travaillé pendant une quinzaine d’années au sein d’une société de construction. A force de constater la perte définitive de matériaux de démolition, il s’est révolté. Depuis ses bureaux marcquois installés chez les designers Piks Design, il conçoit de nouvelles matières à partir de matériaux recyclés qui auraient dû être jetés à la benne.

Sur les murs de la jolie ferme de Magalie Sory-Cocqueel, courent les lianes d’une vigne ancienne. Elles s’enroulent autour d’un étonnant amas de potirons pourpres, harmonieusement agencés devant l’entrée de la petite boutique des produits du jardin.  Des épouvantails qui ressemblent à des lutins ajoutent une note de poésie à ce lieu bucolique juste animé par les caquètements joyeux des poules, relayés par les grognements d’un sympathique cochon noir, au poil dru qui se laisse caresser par les enfants.

La Maison BENOIT est d’abord une affaire familiale. Dominique BENOIT gère son atelier marcquois et la boutique attenante, rue du Collège. Adrien, son fils, prend le relais. L’épouse de Dominique, Véronique, s’occupe de l’entreprise.  La passion du métier constitue le dénominateur commun de l’équipe d’une dizaine de personnes.

Georges-Eric VERMON est un jeune cultivateur établi depuis huit ans déjà. Ce petit-fils d’agriculteur a toujours aimé la terre. Les terrains repris en 2012 produisent surtout des carottes, des poireaux, des salades, des pommes de terre à chair ferme… Mais aussi depuis deux ans, le quinoa (20 tonnes en 2019) puis les pois chiches, le maïs pour pop corn, la moutarde, l’épeautre, les lentilles… cultivés de façon raisonnée (les cultures visent le label HVE - Haute Valeur Environnementale) couvrent des parcelles de plus en plus grandes.