Accès Direct  Accès Direct  

Bernard GÉRARD a été réélu Maire lors de l’installation du Conseil Municipal mardi 26 mai.
 
100802118 3297053156996016 5546765510470795264 o 1 

Présentation des élus du nouveau Conseil Municipal

elus 2020 2

Vous pouvez revivre ce conseil en visionnant la vidéo ci-dessous.

 

Installation du conseil municipal le mardi 26 MAI

Intervention de M. le Maire, Bernard GERARD 

"Mes chers collègues, mes chers amis,

En ce moment solennel et intense, je voudrais en premier lieu exprimer à nouveau mes remerciements et ma gratitude envers les Marcquois qui ont largement accordé leur confiance à la liste que je conduisais lors des dernières élections municipales ; mais aussi exprimer ces mêmes remerciements, cette même gratitude à vous-mêmes, mes chers collègues, pour la confiance que vous me témoignez à titre personnel, en venant de m’élire Maire de Marcq-en-Baroeul.

Vous comprendrez qu’en cette heure où je reçois à nouveau cette écharpe tricolore, l’émotion que je ressens est d’abord une émotion personnelle. Comment ne pas être particulièrement ému de cette réunion du Conseil Municipal dans cet hippodrome si emblématique où le Général de Gaulle a prononcé le 29 juin 1947 un discours dit discours de Lille devant plus de 50 000 personnes appelant les français, le peuple français au rassemblement. Comment ne pas être ému d’être dans cet hippodrome qui porte le nom de Serge CHARLES qui a tant marqué l’histoire de notre Ville  et qui a tant fait pour préserver ce lieu formidable ; c’est 30 hectares d’espace vert dans cette  ville merveilleuse de Marcq-en-Baroeul de 1404 hectares. Comment ne pas être aussi ému d’avoir à mes côtés, au-delà de vous-mêmes mes chers amis, mes chers collègues, Jean-René Lecerf, avec qui j’ai vécu tant d’années depuis la faculté, depuis mon arrivée à Marcq-en-Baroeul lorsqu’il dirigeait le cabinet de Serge Charles puis lorsqu’il devint Maire de la Ville de Marcq-en-Baroeul ? Comment ne pas penser à tous ces élus qui m’ont accompagné durant toutes ces années, m’aidant à devenir le Maire d’une des plus belles villes sans doute de la Métropole lilloise ?

Notre Ville est belle grâce à l’action conjuguée des élus et des concitoyens et à ceux qui ont apporté leur cœur, leur énergie, leurs convictions, pour faire que Marcq-en-Baroeul soit cette Ville où chacun peut avoir sa place, une vraie Ville.

Le mandat de maire, en dépit de toutes les vicissitudes, reste le plus beau de tous les mandats. C’est le mandat de la proximité, du contact, de l’action concrète, des réalisations que l’on voit, que l’on touche.

Oui, ce moment est intense et solennel, même s’il n’a échappé à personne qu’il revêt également un caractère particulier et inédit.

Qui d’entre nous aurait pu imaginer, il y a quelques semaines encore, qu’il nous faudrait attendre la fin du mois de mai, et que les circonstances nous appelleraient à faire le choix de cette vaste salle de l’hippodrome Serge Charles, pour que soit installé le conseil municipal élu au premier tour le 15 mars dernier ?

Il aura fallu qu’un nouveau virus apparaisse et se répande à la surface de la planète, plongeant la France et le monde dans une crise sanitaire d’une ampleur exceptionnelle, pour que nos habitudes au quotidien se trouvent bousculées ; que les fondements même de nos modes de vie soient ébranlés ; et que cette situation inédite nous fasse finalement injonction de réinventer le monde de demain. Un monde qui ne pourra plus être exactement celui d’avant avec tous ceux qui y contribuent quel que soit leur place loin des petites querelles sans importance. Chacun a donné le meilleur de lui-même et je voudrai bien sûr souligner le rôle des parlementaires pendant toute cette période. Brigitte LHERBIER avec qui j’ai tant travaillé pour le Sénat, Valérie PETIT pour l’Assemblée Nationale.

Oui, bon nombre de certitudes ont été remises en cause par les évènements que nous vivons depuis plusieurs semaines.

Et pourtant, s’il est une certitude qui, au contraire, n’a pas été démentie au cœur de cette crise et sur laquelle il a été possible de s’appuyer, c’est bien la force, le bien-fondé, la vitalité de l’échelon communal.

Car c’est vers la commune, c’est vers la ville que se sont une nouvelle fois tournés nos concitoyens en proie aux doutes ; c’est vers elle qu’ils sont, plus que jamais, venus chercher des réponses à leurs interrogations et des solutions à leurs difficultés.

Et ils ont raison ! Parce que la ville, c’est la vie !

Il y a déjà près de 8 siècles l’empereur chinois Kublai Khan disait « rien ne ressemble plus à la vie qu’une ville ».

Et tout au long de ces dernières semaines, si la vie ne s’est pas arrêtée à Marcq-en-Baroeul, c’est parce que la Ville a répondu présent, parce que les élus ont été là. Dans les communes, dans les régions, dans les départements, dans les intercommunalités et au niveau national ; leur action a été démultipliée en s’appuyant sur la compétence et le dévouement d’un personnel municipal qui s’est signalé par un investissement de tous les instants et une ardeur à la tâche que je veux ici souligner pour leur dire mon admiration.

Car aucun élu ne peut agir sans pouvoir compter sur une équipe d’agents dévoués à leur collectivité et aux administrés.

Et aucun maire ne peut non plus agir sans s’appuyer sur une équipe d’élus solide, engagée, volontaire, désireuse de mettre ses compétences et son énergie au service de notre ville. C’est pourquoi, je remercie tous les membres de l’ancienne équipe municipale. Ils ont été dévoués, présents jusqu’au dernier jour de cette mandature. Ils ont été à nos côtés pour faire en sorte que la Ville fonctionne. Vous me permettrez aussi d’avoir à ce stade de mon propos une reconnaissance toute particulière pour Sophie ROCHER qui fut ma 1ère adjointe jusqu’à ce jour, fidèle, loyale, dévouée et qui a apporté et continuera d’apporter toute son énergie à notre Ville.

J’ai, avec une majorité d’entre vous, partagé un même enthousiasme, une même espérance pour Marcq-en-Baroeul, qui nous a rassemblé sur une même liste : Servir l’Avenir.

Ensemble, nous avons élaboré et porté un même projet qui a recueilli une large adhésion des Marcquois.

Le mandat qu’ils nous ont donné nous encourage à nous mettre au travail avec ardeur, dans le respect de nos engagements, animés du souci permanent d’être à l’écoute de tous et à la hauteur des attentes qui nous sont exprimées.

Mais parce que la démocratie, c’est le débat, et parce que tous ici présents, nous sommes qualifiés par le suffrage universel, je veux dire aux membres de l’opposition qu’ils ont plus que jamais leur rôle à jouer dans le cadre d’un débat que nous souhaitons tous respectueux, apaisé et de qualité, dans le respect des personnes et le souci de l’intérêt général.

Bien sûr, les visages qui sont autour de ces tables me sont, pour la plupart, familiers.

Pourtant, aujourd’hui quelque chose change. Parce que tous, nous sommes responsables de la direction que prendra notre ville, et parce que cette responsabilité, si exaltante soit-elle, est une responsabilité lourde, qui nous impose une certaine humilité.

La vie d’élu local n’est pas de tout repos. Elle engage plus de devoirs que de droits. Elle empiète sur la vie familiale et implique un grand sens des responsabilités.

Mais ces sacrifices, je le sais, seront d’autant plus volontiers consentis qu’ils sont à mettre au regard de l’attachement qui est le vôtre pour notre Marcq-en-Baroeul, cette ville que nous aimons tous profondément et à qui nous voulons donner le meilleur de nous-mêmes.

Le grand écrivain et Académicien Erik Orsenna disait qu’une ville, « c’est une volonté, un projet, lequel est toujours fils d’une vision ».

La volonté, elle est là. Nous la réaffirmons ce soir : celle d’être au service des Marcquois, à leur écoute et mettre en œuvre l’ensemble des engagements qui composaient notre projet.

Ce projet, il est clair. Il a été en grande partie élaboré avec les Marcquois et a bénéficié de leur large approbation.

Et si ce projet doit être « le fils d’une vision », c’est parce qu’une des grandes responsabilités des élus qui ont en charge le destin d’une ville, c’est à la fois répondre à des besoins de court terme, et dans le même temps imaginer ce que devra être la ville demain, dans 20, 30 ou 50 ans.

Bref, être porteur d’une vision sur la ville de demain. Une vision qui puisse servir l’avenir !

Car « Servir l’Avenir », mes chers collègues, c’est bien plus qu’un slogan. C’est aussi et surtout la philosophie qui devra constamment nous animer tout au long de ce mandat, pour créer, innover et toujours être à la hauteur des enjeux de notre temps.

Alors, tous ensemble, nous allons servir…

Nous allons servir l’avenir de Marcq-en-Baroeul en donnant aux Marcquois la possibilité de réfléchir et de s’exprimer sur le devenir de leur ville, en encourageant la participation citoyenne et en favorisant la co-construction de nos politiques publiques.

Tel est le sens de nos outils de démocratie participative qui ont vocation à monter en puissance ou à se réinventer, à l’exemple du « conseil de développement communal » que nous mettrons en place.

Nous allons servir l’avenir de Marcq-en-Baroeul en répondant aux défis environnementaux par des politiques de proximité, concrètes et raisonnées, sans céder aux passions et aux visions trop idéologiques que rejettent nos concitoyens et qui conduisent trop d’entre eux à se détourner d’enjeux pourtant essentiels.

Nous allons servir l’avenir de Marcq-en-Baroeul en rénovant nos quartiers les plus défavorisés, en luttant contre la précarité et l’exclusion, en renforçant et en modernisant nos politiques en matière de solidarité ; parce que notre Ville et parce que les Marcquois ont démontré combien ils avaient du cœur, et parce que chez nous, la solidarité du bout du monde se conjugue avec les solidarités du bout de nos rues.

Nous allons servir l’avenir de Marcq-en-Baroeul en soutenant, comme nous l’avons toujours fait – mais plus fortement encore – notre économie locale malmenée par la pandémie. Parce que plus que jamais, la vie de nos entreprises, la vie de nos commerçants, de nos artisans, c’est la vie de notre ville, de nos quartiers ; c’est notre vie…

Je veux ici témoigner toute mon admiration aux professionnels de santé, toute ma solidarité.

Ayons confiance en l’Avenir. Confiance dans notre beau pays. Confiance dans l’intelligence de nos chercheurs, de nos savants, dans la sagesse de nos aînés et la richesse de notre jeunesse. Confiance dans le dynamisme de nos entrepreneurs et de tout ce qui fait la France dont notre Ville est forcément un joli maillon.

Oui, les défis qui nous attendent sont nombreux et ils sont de taille. Mais forts des atouts inestimables que présentent notre Ville, forts de l’amour que nous lui portons et forts de l’esprit de responsabilité qui nous anime, j’ai résolument confiance en notre capacité à les relever et faire de Marcq-en-Baroeul une ville qui, plus que jamais, rayonne au cœur de notre métropole.

Vive Marcq-en-Baroeul ! "

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris