Vous êtes ici

Circuit découverte du patrimoine

Service Patrimoine

Contact : Nathalie AMELIN

La Corderie Médiathèque
56 rue Albert Bailly
59700 Marcq-en-Baroeul
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00
numéro azur

Inventaire et mise en valeur des richesses d’une ville

En étroite collaboration avec les Archives municipales, le service Patrimoine s’occupe plus particulièrement d'exploiter les richesses que la ville a hérité de son passé : architecture civile, religieuse, industrielle ou rurale, patrimoine naturel, histoire d’activités ou de modes de vies disparus mais qui ont laissé leur empreinte sur le visage du Marcq d’aujourd’hui.
Pour cela le service constitue et met à jour des dossiers thématiques en rassemblant documents anciens, photographies, plans, articles de journaux, écrits divers…en vue de renseigner le public, mais encore de fournir matière à la rédaction d’articles ou de publications sur l’histoire et le patrimoine de la ville. Chaque année il édite une plaquette patrimoine qui propose une visite de la ville sur un thème donné et réalise avec les Archives une grande exposition qui met en valeur un aspect du patrimoine local.
Enfin le service intervient régulièrement dans les écoles par le biais des classes de Patrimoine afin de sensibiliser les enfants marcquois à l’identité de leur ville, son habitat et son histoire et de leur faire ouvrir les yeux sur leur environnement quotidien.

-A +A

La région Nord-Pas-de-Calais est une des plus riches de France quant aux chapelles, oratoires et niches. On évalue à 4 500 le nombre de chapelles. Ces signes extérieurs de piété, en dehors de la croyance que chacun est libre de ne pas partager, sont aussi les marques du passé.

 

L’architecture civile de la région Nord-Pas-de-Calais se caractérise par sa diversité. Les maisons de ville si elles font appel à l’architecture régionale, sont aussi symboles d’influences multiples en matière de construction et de l’intérêt des architectes régionaux pour des courants étrangers.
Comme dans la plupart des villes de la métropole lilloise, une certaine forme d’éclectisme caractérise les maisons de ville de la période d’entre-deux guerres à Marcq-en-Barœul. On y retrouve ainsi des traces d’architecture classique, balnéaire, ou néogothique, voire l’influence des maîtres viennois du début du siècle ou encore la sobriété de l’esprit nouveau des années trente.

Le quartier du Pont où s’installe « la Grande Fabrique » en 1826, est le berceau de ces usines naissantes (tissages, papeterie, tannerie, brasseries, chocolateries). Un siècle plus tard, le Plouich prendra la relève autour d’une importante usine textile : la cotonnière de Fives. Pour répondre à l’afflux de main d’œuvres, ces unités de productions créent leur propre modèle d’habitation : la cité ouvrière. A nouvelles architectures, nouveaux matériaux : la fonte et le fer permettent ainsi la construction de vastes salles, éclairées de verrières. Et si la brique garde la préférence des architectes, elle est désormais calibrée et moulée en usine.

Avant d’être une ville industrielle puis résidentielle, Marcq-en-Barœul fut agricole. Le nom de « Jardin de Lille » lui fut d’ailleurs accolé pendant longtemps. De fait, il subsiste au sein de la ville un patrimoine bâti actuel important et varié. Cet habitat traditionnel s’inscrit profondément dans le terroir par les matériaux de constructions utilisés. Les divers bâtiments qui le composent, tels censes, fermes, forges maisons de journaliers et de maraîchers, avaient la fonction d’exploitation tout autant que d’habitation.

 

Bien avant la construction de l’église actuelle, le quartier du Plouich accueillait rue Pasteur une chapelle dédiée à la Vierge et à Saint-Roch. La messe n’y était dite qu’une fois par mois et elle se révéla trop petite avec l’industrialisation du quartier à la fin du XIXe siècle. Par ailleurs, l’église Saint-Vincent à laquelle le Plouich était rattaché, se trouvait trop éloignée.
Il fallut attendre la nomination vicariale de l’abbé Guermonprez par Mgr. Quillet en février 1924 pour que la vie religieuse du quartier soit prise en charge.

Pages