Accès Direct  Accès Direct  


Madagascar au cœur

Je suis le président de l’association Marcq Madagascar. Mon billet d’humeur et… de bonne humeur, s’adresse à Madagascar, un pays cher à mon cœur, mais en grande souffrance !

Avoir Madagascar au cœur, c’est donner un sens au mot « partage » :

Quelle joie de permettre à un enfant de boire de l’eau potable, de permettre à des familles de paysans de vivre dignement de leur travail, à une population rurale de mieux se soigner ou d’aider les mamans à accoucher dans de bonnes conditions.

Avoir Madagascar au cœur, c’est vivre « les  émotions de la rencontre » :

Quel bonheur de rendre à ce pays ce qu’il m’a donné de plus précieux, à savoir un enfant qui un jour de juillet 1988 est arrivé dans ma famille avec pour tout bagage, un panier de fruits et un chapeau de paille sur la tête…

Avoir Madagascar au cœur enfin, c’est remercier  tous ceux, membres et bénévoles qui contribuent  depuis 18 ans à la réussite de la fête aux huîtres :

Grâce à eux et aux  6500 convives qui se donnent  rendez-vous cette année à l’hippodrome les 1, 2 et 3 décembre, l’association Marcq-Madagascar est  fidèle à ses engagements et assure le financement de ses projets.

Gérard DELESCLUSE

Président de l’Association Marcq-Madagascar.

NOVEMBRE 2017

Portrait

GÉRARD DELESCLUSE, UN MARCQUOIS ENGAGE A MADAGASCAR

gerard DELESCLUSE 17 11 2017
Le Marcquois, président depuis le 30 mars dernier de l’association Marcq Madagascar, nous parle d’un pays qu’il porte dans son cœur et qu’il veut aider à se développer par l’intermédiaire des actions de l’association.
En octobre dernier, Gérard Delescluse venait juste de rentrer d’un voyage de 15 jours à Madagascar. Il a déjà 5 séjours à son actif mais c’était le premier en tant que président de l’association Marcq Madagascar. Sur place, il a ainsi pu observer l’ensemble des projets en cours dans ce pays qui a une place particulière dans son cœur. « J’ai des racines là-bas et j’ai eu le bonheur d’adopter il y a 30 ans une petite Malgache. Aujourd’hui, je veux leur rendre le bonheur que j’ai reçu. »

TROIS GRANDS PROJETS EN COURS

Depuis 22 ans, l’association Marcq Madagascar a mis en place de nombreux projets, « rien de révolutionnaire mais essentiel pour les enfants ».
- Une nouvelle maternité installée en pleine brousse avec 6 à 7 naissances par mois et de consultations. Le premier garçon né là-bas se nomme Marc Gérard en hommage au président et à sa ville !
- Installation de bornes d’eau potable dans les dispensaires et les écoles, « afin de permettre aux nombreux élèves d’avoir de l’eau potable en arrivant et en repartant ».
- Des fermes collectives regroupant plusieurs familles (environ une trentaine de personnes), accompagnées dans le développement de l’agriculture
- D’autres projets à venir comme l’apprentissage des cultures maraichères sur une parcelle ou encore une maison des arts pour exposer et faire de la formation dans un pays qui tend à perdre sa culture

« UN PAYS QUI VIT SOUS PERFUSION »

Gérard revient convaincu que jamais de la nécessité des actions après un séjour intense. « Les routes là-bas sont impossibles. Il faut compter des heures pour faire quelques kilomètres, alors que c’était la saison sèche. Si on répare pas les routes, il n’y aura pas de développement. C’est un pays tellement attachant mais qui malheureusement vit sous perfusion.
Un constat qui tranche avec l’accueil et les émotions vécus auprès des populations : « des gens courageux, des enfants magnifiques et des rencontres extraordinaires ».

LA FETE AUX HUITRES, UNE MANIFESTATION ESSENTIELLE

Un voyage qui a permis au président d’ouvrir les yeux sur leurs actions, de voir concrètement les projets réalisés, l’engagement de chacun. « On sait où va l’argent ». Notamment celui collecté lors de la fête aux huitres les 1er, 2 et 3 décembre, une manifestation essentielle pour l’association.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris