Vous êtes ici

VILLE ET HANDICAP(S) : UN DÉFI HUMAIN QUI NOUS UNIT

Faciliter l’intégration, les déplacements et être attentifs aux personnes en situation de handicap, quel qu’il soit, est depuis longtemps une priorité de la Ville. Comment la Ville poursuit cet engagement et s’adapte à toutes les formes de handicap au quotidien ?

Tous ensemble face au handicap

La sensibilisation au handicap se vit au quotidien, aussi bien à travers les manifestations que la mobilisation des associations et des structures d’accueil.

Se mettre dans la peau d’un malvoyant au Conseil Municipal des Enfants, s’initier au sport en fauteuil roulant à la fête du jeu ou encore découvrir un spectacle de danse ou de théâtre. À Marcq-en-Baroeul, grâce au rôle de la Ville et  à la mobilisation des associations, les personnes en situation de handicap participent à toutes les manifestations.

 

Les associations mobilisées
Parmi les nombreuses associations marcquoises, plusieurs proposent des sessions ouvertes aux personnes porteuses d’un handicap dont Danse Création et Rire de Soie (théâtre). Il en va de même dans le milieu sportif avec les sections adaptées comme l’OM Football, Marcq Judo et la Renaissance. Le Lions’Club de Marcq, à travers différentes actions citoyennes, facilite la vie des personnes handicapées au sein de la cité. Solidaires, les associations offrent régulièrement des dons aux structures spécialisées comme l’institut médico-professionnel (IMP) ou les Tournesols.


Les structures spécialisées

L’Institut médico-éducatif Le Mesnil de la Beuvrecque : l’établissement situé rue de Bondues est géré par l’association des Papillons Blancs de Roubaix-Tourcoing. Il accueille près de 160 enfants dans trois dispositifs différents : IMP/IMpro qui reçoit 111 enfants et jeunes de 6 à 20 ans porteurs d'une déficience intellectuelle moyenne à sévère en semi internat ; le SESSAD qui accompagne 41 enfants de 0 à 14 ans inscrits à l’école en milieu ordinaire ; et les Tournesols fréquenté par 13 enfants polyhandicapés âgés de 6 à 18 ans. La Maison d’accueil spécialisé La Gerlotte : La Gerlotte, située rue du Fort, accueille 42 adultes polyhandicapés dépendants pour tout ou partie des actes de la vie quotidienne. Ils présentent des troubles moteurs graves, une déficience intellectuelle et vivent soit en internat (38 places) ou en accueil de jour (5 places). La résidence « un Toit et Moi », située rue Pasteur à Marcq-en-Baroeul, qui héberge des adultes handicapés en quasi autonomie.

 

Interview de Catherine JONCQUEZ
Adjointe en charge du Handicap, de la Famille, de la Petite Enfance, de l'Animation et de la Jeunesse

Depuis quand existe la délégation « handicap » et quel sens donnez-vous à cette action politique ?
A travers la délégation handicap que je porte depuis 2001, la Ville mène une vraie politique volontariste pour permettre aux personnes en situation de handicap non seulement d’accéder à l’ensemble des équipements municipaux mais surtout de profiter de toutes les offres de loisirs, culturelles et sportives.
Mon engagement est celui d’une femme de la société civile qui met son mandat politique au service de ceux qui rencontrent des difficultés mentales, physiques….

 

Vous avez favorisé l’adhésion de la ville au Réseau intercommunal inter-institutionnel enfance handicap (RIIEH). Quelle plus-value en retirez-vous ?
Grâce à ce réseau, le personnel municipal est formé à l’accueil d’enfants porteurs de handicap. Nous favorisons l’inclusion de ces enfants dans les crèches et les accueils de loisirs avec une prise en charge adaptée au travers d’un projet d’accueil individualisé. Ils évoluent dans un lieu encadré avec des repères. C’est très rassurant pour eux et pour les parents.
Il est également important de noter que les enfants en situation de handicap sont de plus en plus nombreux à être accueillis dans les structures petite-
enfance et jeunesse de la Ville.

 

Vous parlez essentiellement des actions menées vers les enfants et c’est légitime car vous êtes également en charge de la petite-enfance. Comment la Ville intervient-elle auprès des adultes en situation de handicap ?
Evidemment, mon champ d’actions est bien plus large car je travaille étroitement avec mes collègues Joëlle Longueval (Adjointe à l’Enseignement), Didier Ellart (Adjoint au Sport), Françoise Goube (Adjointe au Cadre de Vie) et Françoise Eulry-Hennebelle (Adjointe aux Solidarités Intergénérationnelles) pour rendre à ces personnes leur qualité de citoyen et d’usager en facilitant leur accès aux structures municipales : ascenseurs, rampes d’accès, repères podotactiles pour les non-voyants…
Ensemble, nous oeuvrons tous les jours pour offrir une Ville plus conviviale, solidaire, citoyenne et ouverte aux différences afin de mieux vivre ensemble.

 

Et demain ? Quels sont les projets ?
Outre notre programme d’accessibilité des bâtiments communaux réparti sur plusieurs années, nous avons engagé plusieurs projets. La nouvelle crèche dans le quartier May-Four/Buisson / Pellevoisin, l’ascenseur qui sera mis en place à l’école Péguy d’ici la fin de l’année en sont des exemples concrets.

 

 

Les accueils municipaux
Témoignage d'Isabelle : "Tous les jours, Zadig fait des progrès"

Inscrit aux Baladins depuis décembre, ce garçon de 4 ans, qui présente des troubles autistiques, s’épanouit et évolue au contact des autres enfants.

A l’accueil de loisirs les Baladins, Zadig chantonne en jouant à côté de ses camarades. En quelques mois, le comportement de ce petit garçon de 4 ans qui n’appréciait pas le contact avec les autres enfants, ne parlait pas, bougeait peu, a évolué de manière spectaculaire. Car Zadig présente des troubles autistiques. « On est dans le flou médical. Il présente des troubles qui sont peut-être dus à une maladie orpheline. Il a été déclaré handicapé à 80%. C’est dur mais nous avons encore 20% auxquels il faut se raccrocher », explique Isabelle Leplanquois, sa maman.
 

Sociabilisation
Pas question pour la famille de baisser les bras. La maman a donc frappé à toutes les portes, pour faire reconnaître les difficultés de son fils par le corps médical. « Il est accueilli en hôpital de jour depuis septembre 2015. Il bénéficie de soins, d’ateliers et fait des progrès. Cependant, il est toujours en contact avec des enfants porteurs d’un handicap. Je souhaitais qu’il évolue en milieu ordinaire ».
 

Tiré vers le haut en milieu ordinaire
Après avoir fait appel à la mairie, Isabelle a pu inscrire son fils aux Baladins les mercredis ainsi qu’une semaine pendant les vacances scolaires.

« Tous les jours, il y a un progrès. Il a beaucoup évolué. Aujourd’hui, il cherche le contact avec l’autre, il rit, il râle quand il n’est pas content, il grimpe partout. Il faut le surveiller mais pour nous c’est rassurant », poursuit Isabelle.
 

Zadig, encadré par Aurore son éducatrice spécialisée, participe aux activités avec les autres enfants : dessin, parcours de motricité…

« Lors des sorties, il prend la main d’un autre enfant alors qu’au départ il ne se laissait pas approcher, commente Aurore Salgado. Il est vraiment tiré vers le haut en milieu ordinaire ».


Si la communication est encore difficile, Zadig arrive à se faire comprendre, vocalise et pourra peut-être parler un jour.

« Tout cela demande du temps, de la patience et de la tolérance. Son arrivée a renforcé l’unité de notre famille. Pour moi, c’est un enfant normal, et je n’ai pas peur du regard des autres ».


En quelques mois, Zadig a fait de nombreux progrès et parvient aujourd’hui à communiquer avec son entourage. Il raffole des câlins de sa maman, heureuse de voir son enfant venir aux Baladins avec le sourire.

 

Le Sivom, accompagnateur incontournable

Le SIVOM Centre Métropole est né de la volonté des villes de Marcq-en-Baroeul, Mouvaux et Wasquehal de développer en commun une politique dans le domaine du médico-social et du médico-éducatif. Présidé par Eric Durand qui a succédé à Bernard GERARD, aujourd’hui Vice-Président de la structure, ses principales activités relèvent du soutien à l’accueil de la personne en situation de handicap ou de dépendance. Le SIVOM a concouru, aux côtés des associations, à la création ou la réhabilitation de structures comme les maisons de retraite, l’IME, la MAS La Gerlotte, la résidence « un Toit et Moi » …

 

L'action de la Ville pour l'inclusion des personnes en situation de handicap

-A +A