Vous êtes ici

ENTRE MARCQ-EN-BARŒUL ET LA MADELEINE, LA MUTUALISATION EST EN MARCHE

Dépenser moins, optimiser les services et répondre aux attentes des habitants. Voilà les objectifs de la mutualisation entre la ville de Marcq-en-Barœul et La Madeleine.

Si les deux communes voisines, qui partage une même philosophie, travaillent en partenariat depuis quelques années, cette nouvelle mesure, entérinée lors des prochains conseils municipaux, consiste à mutualiser les services de manière concrète, « qui parle aux habitants ».

Quatre priorités

L’objectif est clair pour Bernard GÉRARD, Député-Maire de Marcq-en-Barœul, et Sébastien LEPRETRE, Maire de La Madeleine : se réunir pour dépenser moins et optimiser les services rendus à la population.  
En phase d’expérimentation, les deux Municipalités ont défini quatre priorités, à court et moyen terme :

  • Optimiser les dépenses d’énergie. « On sait que dans les foyers, un budget de plus en plus important y est consacré. En mutualisant ce poste, nous pourrions faire baisser les prix des fournisseurs d’énergie », explique Sébastien Leprêtre.
  • Lutte contre les marchands de sommeil. Il s’agit de poser un cadre afin d’éviter les marchands de sommeil et préserver la qualité urbaine des deux communes en imaginant, par exemple, la mise en place d’un permis de louer.
  • Développer et améliorer la mobilité de demain, en optimisant tous les moyens de transport avec l’exemple de la prime vélo, d’un projet de court-voiturage….
  • Mener une étude de faisabilité sur une monnaie locale afin de favoriser le tissu économique de proximité, en lien avec les associations de commerçants.

 

Des pistes et un exemple concret

Des pistes de réflexions sont également à l’étude sur la sécurité (relation entre les deux polices municipales), l’événementiel (préparation des 110 ans du Grand Boulevard en 2019), la mutualisation des ressources humaines (concernant la formation) et les actions en direction de la petite-enfance (un nounou-dating commun) ou des aînés (thés dansants ouverts à tous).

Premier exemple concret : l’achat de deux balayeuses, une pour chaque commune, afin de diminuer le coût dans le cadre de la convention des groupements de commande.

« Nous souhaitons créer du lien, échanger des informations, des pratiques avec des effets concrets pour la population. C’est une intercommunalité souple et choisie. Nous travaillons ensemble, tranquillement », termine le Député-Maire, Bernard GÉRARD. Les prémices de la mutualisation sont lancées.

 

-A +A